Relancer le débat sur l’identité nationale ? Chiche !

Publié le par La journée sans immigrés


Eric Besson a annoncé le dimanche 25 octobre 2009 la relance du débat sur l’identité nationale et appelle « les forces vives de la nation » à y participer. Saisissant cet appel, le collectif « La journée sans immigrés – 24h sans nous » entend apporter sa contribution citoyenne.

Avant tout, il convient d’interroger les bases de ce débat. Que celui-ci soit posé et monopolisé par le ministre de « l’immigration et de l’identité nationale » demeure un problème que plus personne ne soulève. L’ajout des termes « intégration » et « co-développement » à l’intitulé du ministère n’adoucit pas son goût amer, bien au contraire.

L’association faite depuis 2007 entre l’immigration et « l’identité nationale » est insupportable.

Il n’existe aucune définition de l’identité nationale qui ne fasse sens. Eric Besson, pas plus que Nicolas Sarkozy lors de sa campagne électorale sur ce thème en 2007, ne peuvent en imposer une. Pour pouvoir appréhender « l’identité nationale » la majorité au pouvoir propose donc de la définir par ce qu’elle estime être son contraire : l’immigration, qui est toujours posée comme un problème.

En effet, dans le discours et les actes d’Eric Besson comme de ses deux prédécesseurs, Brice Hortefeux et Nicolas Sarkozy, l’immigration est toujours abordée selon une double approche négative voire répulsive.

  • La première est celle de l’immigré clandestin. Pour preuve, l’évacuation de la « jungle » de Calais le 22 septembre dernier suivie de l’expulsion de trois réfugiés afghans dans leur pays en guerre le 21 octobre qui sont venus s’ajouter à la longue liste des 21 000 migrants expulsés depuis le début de l’année.

  • Le second angle consiste à dénoncer le communautarisme qui menacerait la société française et au-delà la fameuse « identité nationale ». La burqa - portée par 367 femmes - est devenue l’incarnation de ce danger fantasmé.

Ainsi Eric Besson contribue à enraciner des stéréotypes
véhiculés depuis bien longtemps et qui ne sont plus tabous pour la droite décomplexée comme pour bien d’autres. C’est cette logique qui menace la cohésion sociale.

Définir ainsi « l’identité nationale » et l’imposer comme une évidence constitue un véritable danger. Il ne s’agit en rien d’un concept ou d’une réalité vécue par les Français. L’immigration est instrumentalisée et stigmatisée au service d’un slogan politique.

Il est temps que l’immigration soit présentée comme une composante légitime et positive de notre histoire et de notre société.
Il est temps de dire que l’identité qu’elle soit individuelle ou collective - et non nationale – est mouvante et plurielle et n’est pas figée, n’en déplaise à Frédéric Lefebvre, apôtre de la « défense de notre modèle culturel et de la « Douce France » chantée par Charles Trenet ». Il est temps de repenser et de poser avec honnêteté les termes du débat.


C’est ce qu’entend réaliser le Collectif « La journée sans immigrés - 24h sans nous ». Nous tous ; immigrés, descendants d’immigrés, étrangers, citoyens solidaires : faisons du 1er mars 2010 une journée historique ! Nous ne travaillerons pas, nous ne consommerons pas !

Mettons en évidence la réalité et l’intérêt de notre présence dans la Cité en organisant notre absence. 
 

Publié dans Notre position

Commenter cet article

Deckard 27/11/2009 17:32


Derrière la rhétorique de ce site et de cette initiative (rhétorique qui comme tout a une histoire !), il y a le doute, latent, que ce type d'action et de pensée, favorise paradoxalement le vote
d'extrême-droite...


Khalid. 26/11/2009 15:20








Alik 25/11/2009 16:21


l'identité nationale a disparu avec le droit du sol. C'est aussi clair que ca.
a partir du moment où un enfant né sur le sol francais, il peut devenir francais. Or li'dentité francaise (si elle existe vraiment), ce serait un ensemble de valeur commune, comprise et respecté
par la communauté. Quid d'une bresilienne qui traverse la foret pour accoucher en Guyane ? Le fait-elle parce qu'elle a lu Rousseau, Hugo, qu'elle admire notre système éducatif ? qu'elle admire
notre politique etrangère et d'autres valeurs immaginaires ? Bien sur que non. Si demain, un autre pays lui en offre plus que la france, elle choisira ce pays là. Elle n'a que faire de la france si
ce n'est echapper a sa propre condition (ceci etant louable et bien humain). Il ne peut donc y avoir une commune identité quand le choix d'etre francais est souvent un choix par defaut 


La Louve 25/11/2009 12:30


Bonjour à vous .

Nous avons eu grosso modo la même idée et nous refusons de renvoyer ce débat, cette confrontation nécessaire, d'uen pichenette du dos de la main en disant simplement "oh c'est un artifice
électoral" - pour répliquer, ou plus exactement participer avec d'autres à la nécessaire riposte qu'appellent les provocatiosn racistes et xénophobes du gouvernement Sarkozy/Fillon,  nous
avons ouvert un site  http://identiteinternationale.net

Où en êtes vous et qu'a donné votrte conférence?

Merci.


Xavier 26/11/2009 09:01


La conférence de presse de "La journée sans immigrés : 24h sans nous" à l'Assemblée Nationale a été, de mon point de vue, un succès complet !

Fédérons nos forces et faisons du 1er Mars 2010 une journée historique !


La-Babouch-K 14/11/2009 22:20


Bonjour,
Je me demandais si vous étiez liés à la journée européenne sans immigrés du 20 mars?


La journée sans immigrés 14/11/2009 23:50


Bonjour,

Ce projet lancé sur Facebook pour le 20 mars 2009 ne s'est pas concrétisé.
Nous avons d'ors et déjà invités les membres du groupe à rejoindre notre collectif et notre groupe Facebook qui compte à ce jour 4300 membres.

Une conférence de presse aura lieu le 24/11/09 à l'assemblée nationale. N'hésites pas à nous rendre visite ou à nous rejoindre sur le site, le forum, ou le groupe facebook.

Xavier