Rejoignez le Collectif 24H Sans Nous à Marseille !

Publié le par La journée sans immigrés : 24h sans nous


Compte-rendu de la réunion du Collectif 24H Sans Nous à Marseille ! - Mercredi 26 janvier 2011 à la Maison du Maroc, 8 rue Fort du Sanctuaire, 13007, Marseille

 

En préambule...

  • Djam, porte-parole du Comité de Marseille remercie Hotman AZIZ de nous recevoir dans la Maison du Maroc ; puis il présente les membres dudit Comité : Nouriati DJAMBAE, René MASSI, mais aussi Akim MIMOUN, Président de la FMF (Fédération de la Mixité de France) qui a rejoint les 24Heures Sans Nous d’Avignon.
  • Djam retrace la genèse de 24H Sans Nous constitué après les propos discriminatoires de certaines personnalités et raconte le déroulement du 1er Mars 2010 marseillais. Il mentionne que cette journée a été reprise dans d’autres pays européens.
  • Nouriati revient sur l’indignation provoquée par les attitudes discriminatoires à l’encontre des immigrants et la nécessité de se mobiliser pour commémorer la promulgation du Code de l’Entrée et du Séjour des Etrangers et du Droit d’Asile ou CESEDA, dit Code des Etrangers (1er Mars 2005)..
  • Akim présente ensuite la FMF, il insiste sur son aspect fédérateur et non communautaire. Il évoque la marche prévue de Marseille à Paris pour y remettre des CV dans une urne symbolique rappelant aux élus politiques que l’égalité des chances n’est pas respectée et que lors des élections les citoyens pourraient les sanctionner.


Un débat animé et convivial

  • Chacun exprime la nécessité de réagir contre la stigmatisation et l’assimilation identitaire, mais aussi d’en finir avec les caricatures dévalorisantes qui maintiennent, tant dans l’imaginaire que dans la réalité, les immigrants dans des fonctions subalternes ; les médias étant largement responsables de la reproduction systématique de ces stéréotypes. Nous devons œuvrer pour valoriser ceux qui ont franchi les étapes de la promotion sociale.
  • Tous les intervenants déplorent que les immigrants aient été placés dans des ghettos qui empêchent la mixité sociale dans les écoles comme dans la vie sociale et professionnelle. Ils se montrent fortement attachés à l’idée d’une nation française commune et fermement désireux d’y voir évoluer les mentalités, disparaître les discriminations et les inégalités.


Un riche échange d’idées

Certains préfèrent le terme d’immigrant à celui d’immigré trop connoté; d’aucun dit que ces termes créent un clivage au sein de la population alors que le mot citoyen serait fédérateur. Face aux stéréotypes xénophobes soulignant le coût des immigrants pour l’Etat, un intervenant calcule la différence entre cotisations des immigrants et aides que l’Etat et obtient 12 milliards d’euros de « bénéfice » pour l’Etat.


Un spécialiste explique le rôle positif des Zones franches pour l’emploi : 20% des embauches prévues ; réhabilitation de l’environnement urbain ; il précise que le fisc sanctionne les abus.


Nous évoquons les difficultés des vagues anciennes d’immigrants (Auvergnats, Polonais, Italiens…) traités comme des parias, insultés, battus, voire massacrés. Ceux qui, dans la salle sont conscients d’en être issus remarquent que leurs descendants ignorent généralement les difficultés rencontrées par leurs aïeux ou ont oublié leurs origines.


Certains regrettent que les populations directement concernées viennent rarement dans ces réunions. Quelqu’un y voit la conséquence d’une perte de conscience politique et de classe et la nécessité de mener des actions favorisant cette prise de conscience.

 

sans_nous_4.jpg


Des propositions concrètes

  • Etayer par des statistiques l’impact économique positif des immigrants dans notre économie.
  • Valoriser la richesse que représente l’apport de l’immigration en terme de culture, d’art et valoriser  les immigrants ou leurs descendants qui ont franchi les étapes de la promotion sociale en montrant leur parcours.
  • Favoriser une prise de conscience des plus concernés et montrer que notre nation se construit avec l’apport de vagues successives d’immigrants.


Agir d’ici au 1er Mars !

  1. Relancer le tissu associatif et corporatif local.
  2. Organiser des réunions dans les quartiers habités par des populations directement concernées.
  3. Un journaliste s’offre à réaliser un micro-trottoir questionnant sur la définition de l’immigré.
  4. René MASSI propose une lecture-spectacle-débat : le Massacre d’ouvriers italiens à Aigues-Mortes à la fin du XIXème siècle rappelant à tous que nos aïeux immigrés ont subi discrimination et violence et que notre nation s’est construite avec eux et leurs descendants.
  5. Organiser une conférence-débat sur l’apport des immigrants à l’économie nationale.
  6. Fusionner Comités de Marseille et d’Avignon, pour être plus représentatifs au plan régional.
  7. La journée sans activité économique pourrait inclure les écoles.
  8. Un minimum de banderoles sera nécessaire . A défaut d’un budget, plusieurs personnes pourraient se partager l’impression de tracts et d’affiches.
  9. Sans renoncer à interrompre toute activité économique durant 24 heures (production, consommation…) des immigrants, nous envisageons :
    • des manifestations plus ludiques, festives, une animation…
    • des panneaux, vêtements, maquillages, masques affichant notre origine (aïeux immigrés)   et notre activité professionnelle, associative…
    • de jouer de la diversité visible ( donneurs de sang d’origine apparemment différente).
    • de multiplier les témoignages individuels (micro-trottoir et prises de paroles multiples.
  10. Concrétiser les actions du 1er Mars par un geste symbolique, un résultat concret, original.

 



APPEL AUX ABSENTS DE CETTE REUNION !



Concitoyens, associations, si vous jugez utile que le 1er Mars soit la journée symbole
d’une reconnaissance positive de l’immigration, apportez vos idées et agissons ensemble :

  • Organisons dans votre quartier une réunion pour échanger nos idées et agir ensemble.
  • Apportez vos témoignage sur les difficultés des immigrants et de leurs descendants à accéder à certains domaines, les réussites sociales, professionnelles…

Toutes les idées, propositions et initiatives sont les bienvenues. Nous vous attendons !

    Pour le Comité de Marseille,
         Nouriati DJAMBAE

 


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Abbes 08/02/2011 11:18


Beau travail


La journée sans immigrés : 24h sans nous 21/02/2011 17:11



Merci Abbes ! On compte sur vous le 1er mars pour porter le ruban jaune !