« Racailles », « immigrés », « Roms » et après ?!

Publié le par La journée sans immigrés : 24h sans nous


http://www.lexpress.fr/medias/1066/546278_france-roma-police-politics-immigration.jpg

 

 

« Racailles », « immigrés », « Roms » et après : la loi Besson ? A la suite des immigrés, de leurs descendants, c'est aujourd'hui au tour des Roms d'être pris dans la valse folle « des propos indignes visant à stigmatiser et criminaliser » des communautés de notre pays. Notre collectif dénonce cette politique depuis son manifeste fondateur.

Le gouvernement s'apprête le 27 septembre prochain à faire adopter à l'Assemblée nationale une quatrième loi depuis 2003 visant à réduire le droit des étrangers et rendre les mesures d'expulsion et de gestion de flux migratoires plus aisées en instaurant la toute puissance de l'administration face au pouvoir de la justice.

 

Au profit d'une politique électoraliste menée par un pouvoir pris dans le cercle vicieux de la surenchère, la propagande anti-Roms et les expulsions spectacles s'inscrivent dans une sinistre cohérence déployée par Sarkozy depuis le début de sa montée en puissance en 2002. Il fallait nettoyer au kärcher des quartiers vus, de facto, comme « impurs » par le ministre de l'intérieur de l'époque.

 

Puis une succession de clichés sur le voile intégral, les mariages gris, l'association-opposition entre « identité nationale » et « immigration » développés dans le but d'imposer un continuum dans la façon de penser des Français : ce qui est différent ne fait pas partie de la communauté nationale et représente une menace. On le voit avec les expulsions de Roms : le discours sarkozyste est toujours le même bien que sa cible soit interchangeable.

 

Débridés par leur chef, les pires dérapages ont eu lieu lors du débat sordide et imposé sur l'identité nationale. Aujourd'hui, plus encore, les vannes de la haine et des pires stéréotypes sont grandes ouvertes par les plus hauts représentants de l'Etat. Quel signal reçoivent les Français lorsque le ministre Hortefeux, condamné pour injures raciales suite à son amalgame terrifiant entre les « Arabes » et « les problèmes », est maintenu à ses responsabilités ?

 

Mise à l'index par les plus hautes organisations internationales (ONU), l'Europe et les grandes nations comme les USA, la « politique du pilori » développée par les Sarkozystes a également été énergiquement dénoncée par les Français lors de grandes manifestations en France le 4 septembre dernier. Face à ces réactions, la morgue du pouvoir sarkozyste fait craindre le pire quant à la sauvegarde de notre cohésion sociale.

 

Déjà, avec l'incendie criminel d'un camp de réfugiés afghans le 12 septembre à Cherbourg, les résultats tragiques de la politique de Sarkozy se font sentir. Mais le pire est à craindre comme ce fut le cas en Italie, à Rosarno, en janvier 2010 lors d'une ratonnade provoquée par des Italiens sur-excités par les discours de Berlusconi, au demeurant seul supporter de Sarkozy sur la scène internationale.

 

Le gouvernement, sûr de lui et décomplexé, s'en prend aujourd'hui nommément dans ses circulaires à des communautés ethniques : les Roms, bafouant de ce fait les plus hautes valeurs républicaines. A l'Assemblée nationale, les députés UMP durcissent encore la loi Besson en pénalisant toujours plus, et en élargissant la déchéance de nationalité explicitée par Sarkozy lors de son discours de Grenoble mais en ménageant les employeurs, exploiteurs de « sans-papiers ».


Halte à la logique sarkozyste ! Mobilisons-nous contre la loi Besson. Ne lâchons rien face à cette politique néfaste pour la France. Et continuons de rappeler sans cesse les apports positifs de l'immigration en France.



Publié dans Nos humeurs

Commenter cet article