Pourquoi j'adhère à 24h sans nous ! par Samia

Publié le par La journée sans immigrés : 24h sans nous

 

FLASH MOB SamiaJ’ai adhéré au mouvement du 1er mars dès les débuts. J’ai d’abord aperçu l’information sur un réseau social. Quand l’occasion m’a été donnée d’adhérer je n’ai pas hésité une seule seconde. Pourtant force est d’admettre que je n’ai pas un passé militant, loin s’en faut.

Je fais partie de cette génération qui n’a pas vécu la Marche des Beurs, ni SOS Racisme et se tient écartée, désabusée, de tout mouvement associatif ou politique. J’ai très tôt apprécié le caractère non partisan du collectif «  au dessus de la mêlée » en quelque sorte.

La journée sans immigrés fait écho à une image qui m’avait marquée alors que j’étais étudiante en 2006 : cette marée humaine (près de deux millions de personnes, ce chiffre fait rêver) qui déferlait dans les rues américaines.

J’avais regardé avec admiration ces faiseurs du rêve américain et dès lors la devise américaine E pluribus unum avait pris tout son sens. S’il devait y avoir un territoire où devait renaitre ce mouvement c’était notre pays. C’est ce qu’a fait le collectif du 1er mars.

"C’est la réponse de citoyens de plus en plus nombreux face aux hommes politiques qui instrumentalisent notre passé"

En relisant Fernand Braudel père de la géographie française dans son œuvre  L’identité de la France (sic) parue en 1930, le géographe dès les premières lignes écrit que « La France est diversité », elle n’est pas diverse ou plurielle elle est LA DIVERSITE. Le collectif du 1er mars renoue avec l’Histoire de notre pays et offre une réponse lucide et claire au débat sulfureux qui a secoué notre pays pendant des mois. C’est la réponse de citoyens de plus en plus nombreux face aux hommes politiques qui instrumentalisent notre passé.

Plus personnellement, participer à la journée du 1er mars est un devoir (de mémoire presque) pour mes parents immigrés qui ont contribué à la reconstruction de la France, à mes grands-parents indigènes qui ont payé le tribut du sang pour la nation française. Vivre pleinement la Journée du 1er mars c’est reconnaitre leur contribution à l’Histoire de notre pays et à sa grandeur.

Mais la Journée sans immigrés n’est pas l’apanage des immigrés et des enfants d’immigrés, ce mouvement nous appartient à nous tous. A quelques jours du Jour J il ne tient qu’à nous d’en faire une journée historique : l’aube d’un mouvement en marche.

Samia

Vous aussi, témoignez sur le blog en laissant votre commentaire ci-dessous !

Publié dans Notre position

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

manga jeanne 01/03/2010 10:03


immigre en france depuis a peu pres 20ans j estime que j ai participee a ma facon en tant qu infirmiere  j ai plus donne a la france qu a mon beau pays le cameroun nous ne courrons pas
seulement apres des ballons  j ai fait quatre enfants qui vont participer a payer les retraites en france et une fois de plus pas au cameroun ouf statistiques tronquees sur les taux de
natalite en france  a quand les ecoles sans petits immigres on verra qui fait grimper ce taux


Djelloul Abbou Mimoun 28/02/2010 12:20


Salut
Malgre que j'ai pris connaissance de ce mouvement que tard,je trouve que c'est une tres belle initiative surtout pour nous,immigres, dans le pays de Wilders le celebre xenophobe neerlandais.A ce
sujet je voudrais malgre mon eloignement de la France,y adherer et devenir un membre actif,voire super actif.Et je saissis l'occasion que je suis tres "tremblant" pour creer une commission ou un
goupe ici en Hollande pour soit venir en France y manifester ou bien elargir notre mouvement meme ici en Hollande pour a l'avenir pourvoir manifester a notre maniere avec l'aide et soutien de votre
association.
Merci de votre comprehension


alexis Logié 28/02/2010 01:41


Je suis de tout cœur avec vous !