Pourquoi j'adhère à 24h sans nous ! par Anne-Claire

Publié le par La journée sans immigrés : 24h sans nous


Identite-3.JPG
Bonjour à tous, bonjour à toutes,

Nous nous sommes vus hier ou bien cela fait trois ans que nous ne nous sommes pas croisés. Peut-être même ne nous sommes nous jamais rencontrés. Mais j'ai envie de venir partager avec vous un élan qui nait, auquel je participe à ma manière.

Je rentre d'un rassemblement organisé par l'association 24h sans nous la journée sans immigrés. Peut-être en avez-vous déjà entendu parler ou peut-être pas. Une initiative citoyenne lancée début octobre en réaction à la sortie d'Hortefeux au campus d'été des jeunes de l'UMP à Seignosse.

Une invitation, le 1er mars, à prendre position sur la politique d'immigration que l'on tente de nous imposer, une manière simple, ensemble, de dire notre vision de la société française.

Pour ceux et celles pour qui il est important de vivre au quotidien dans une société aux origines, cultures, compétences, variées.

IMG_4709.JPGPour ceux et celles, immigrés, enfants, petits-enfants d'immigrés, citoyens qui refusent des discours politiques simplistes et qui divisent. Pour ceux et celles qui pensent qu'en agissant chacun en âme et conscience, ici et maintenant, on peut faire changer les choses, commencer à les faire bouger.

Je vous invite à nous rejoindre le 1er mars. Une journée sans travailler et sans consommer.

Je vous laisse aller regarder le site, voir si il y a un comité régional chez vous, lire le manifeste qui dit bien mieux que moi ce que j'ai tenté de vous expliquer. Parlez en autour de vous, faites savoir qu'il y a des personnes qui essayent de refuser la fatalité.

Ce soir j'ai eu envie de venir partager avec vous cet engagement. Parce qu'il arrive un moment où c'est simplement à chacun de poser des actes et de continuer à avancer.

Ne pas travailler, ne pas consommer, pour montrer le poids économique, pour démonter les idées reçues sur ceux qui ne feraient que profiter d'un système. Rejoindre devant une mairie les autres, qui eux aussi se mobilisent, habillés en noir. Participer éventuellement aux évènements locaux qui s'organisent.


Si on ne peut pas participer ce jour là faire circuler l'info, en parler autour de soi, en parler sur son lieu de travail ce jour là. Le site propose des tracts à imprimer et des T-shirts.

Mes trois années dans la Serbie post Milosevic, dans une société qui s'était repliée sur elle même, repoussant l'Autre en dehors des frontières, m'ont permis de ressentir profondément que mon pays, ma culture, est en couleurs, en musiques, en littératures, en spécialités culinaires, en traditions, variées et que j'ai besoin de cette multiplicité. C'est dans cette éclectisme que je me sens entièrement moi-même. C'est là qu'est ma place, c'est cette société là que je veux défendre parce que c'est dans celle-là que je veux vivre.

Je vous embrasse tous et toutes. J'avais besoin de partager cela avec vous. Faites-en ce que vous voulez, ce que vous pouvez.

Anne-Claire



Le 1er Mars, ce sera sans Anne-Claire.
Et vous ? Que ferez vous le 1er Mars 2010 ?


IMG 2382
Photographie de Michelle Pichon - flash-mob 24h sans nousdu 07/02/10 au Panthéon

Publié dans Notre position

Commenter cet article