La Fédération des Centres Sociaux soutient LJSI 24h sans nous !

Publié le par La journée sans immigrés : 24h sans nous


FCSF

Le conseil d'administration de la Fédération des Centres Sociaux et socio-culturels de France réuni le samedi 6 février a examiné la proposition d'action du collectif « La journée sans immigrés », action prévue le 01 Mars 2010.
 
L'action retenue pour cette journée consiste à « ne pas participer à la vie économique, à ne pas consommer, ni produire » pour marquer la place et l'apport essentiel des personnes issues de l'immigration au fonctionnement du pays. 

Le conseil d'administration a manifesté les points de vue suivants :
  • L'analyse du collectif sur la considération faite aux immigrés croise des éléments de
    notre déclaration politique de l'AG de Nanterre en juin 2008, entre autres éléments nous disions 
    • Cette politique de choix entre les « étrangers utiles » et les autres a comme conséquence : 

      - De développer la suspicion envers les étrangers, de criminaliser la solidarité, l'accueil et l'appui aux plus démunis d'un territoire. Quid de l'interculturel ? Quid de la solidarité ? 

      - De développer la défiance des étrangers et de leurs enfants vis à vis des centres sociaux et socio-culturels  renforçant ainsi les freins à l'intégration: quid de la mission d'accueil de tous et de la confiance indispensable au projet ? 
       
        
    • Nous disions également de la politique gouvernementale qu' elle contribue à fragiliser les étrangers (ou les français qui ont « l’air » étranger). C'est vrai des étrangers en situation irrégulière. C'est également vrai des étrangers en situation régulière  sur qui pèse le soupçon de non intégration. On peut penser que l’on assiste progressivement à une criminalisation de l’étranger, de la misère. 
  • La FCSF est sensible à l'appel lancé par le collectif et relaie cet appel dans son réseau d'adhérents (envoi d'un mail général et annonce sur le site de la FCSF) sans toutefois rechercher la fermeture des équipements centres sociaux ce jour là. Ils pourraient être au contraire largement ouverts pour accueillir débats et rencontres provoqués autour de cette initiative. 

      
  • Nous voulons saluer cette action citoyenne lancée à l'initiative des personnes concernées par ces attitudes indignes de stigmatisation. Cela va dans le sens de ce que les centres sociaux recherchent. 

      
  • Les acteurs, bénévoles et professionnels, des centres sociaux sont issus de toute la diversité de la population française. Ils prouvent tous les jours la richesse de l'apport de chacun dans les démarches de cohésion sociale mises en œuvre dans ces structures. 
 
Fait à Paris, le 06 Février 2010

Publié dans On parle de nous

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article