Communiqué de rentrée de l'association LJSI

Publié le par La journée sans immigrés : 24h sans nous


image001-copie-1.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Paris, le 30 août 2010

 

 

 

 

 

 

 COMMUNIQUÉ DE RENTRÉE

La trêve estivale n’a pas eu lieu. Le chef de l’Etat à l’offensive, relayé par de nombreux représentants de sa majorité, s’est livré à une surenchère de déclarations honteuses légitimant l’idéologie de l’extrême droite.


Cette stratégie politicienne s’inscrit dans une trop longue lignée de propos stigmatisant la présence d’immigrés en France qui n’ont cessé de s’accumuler, à l’occasion du débat sur « l’identité nationale », à la faveur d’un fait divers ou d’une énième annonce sur la sécurité. Un seul objectif, faire de l’immigré le responsable de tous les maux pour mieux camoufler les réels problèmes et les échecs gouvernementaux.


Une honte à nos yeux de Français, une honte pour l’histoire et l’image de notre pays, une honte au regard des nombreux apports passés, présents et futurs de l’immigration à la société et à l’économie. Nous ne pouvons laisser un électoralisme cynique bafouer l’égalité des droits, la dignité pour chacun et la fraternité entre tous.


C’est pourquoi, le collectif « La journée sans immigrés 24h sans nous » répond présent à deux événements majeurs de la rentrée :

  • A l’initiative de la Ligue des Droits de l’Homme, l’appel citoyen « face à la xénophobie et la politique du pilori » qui a déjà réuni plus de 36 000 signataires, se traduira par une grande manifestation au départ de la place de la République le 4 septembre « afin de fêter le 140e anniversaire d’une République que nous voulons plus que jamais, libre, égale et fraternelle ».

  • Le 18 septembre, se tiendra le concert Rock sans papiers à Paris-Bercy en soutien aux travailleurs et familles sans-papiers, d’autant plus important à l’approche du projet de loi Besson sur l’immigration. Nous appelons à une forte mobilisation.


 Notre action citoyenne s’inscrit dans cette démarche avant de démontrer le 1er mars 2011 que sans nous, immigrés, descendants d’immigrés et citoyens solidaires, la France n’est plus la France.

 


Publié dans Notre position

Commenter cet article